GAMOU DE TIVAOUANE

Blog sur l'actualité du gamou de Tivaouane.

dimanche 08 mars

Seydi El Hadj Malick Sy, Seydi Aboubacar Sy, El Hadj Abdou Aziz SY (RTA) - Trois hommes, une foi : l' Islam

La Tidjania se distingue par sa doctrine, ses principes et ses oraisons. Elle enseigne l’acquisition de la vertu spirituelle, l’observance minutieuse de la loi révélée et l’ajustement des actes de ses adeptes sur les principes et recommandations du prophète. Le khalife Mansour Sy tient sa légitimité et sa responsabilité historiquement de Sheick Omar Futi Tall, qui a implanté l’ordre Tidjani au Sénégal, mais plus proche de lui, de son grand père El Hadj Malick Sy qui a beaucoup œuvré aussi pour que la confrérie soit connue puis a transmis le flambeau à son fils Ababacar Sy, lequel a passé le relais à son frère Abdul Aziz Sy, qui échoira enfin à son neveu l’actuel Calife des Tidjanes

saliou89_vip_blog_com_544825ElmalicksySeydi El Hadj Malick Sy (RTA):Un homme une vie une oeuvre

Au Sénégal et en Afrique si la célébration de la naissance du Prophète Mouhammed (Psl) ou Gamou est devenue une institution au point qu’elle soit fêtée dans toutes les familles religieuses, c’est grâce à Seydi El Hadj Malick Sy. Portrait de l’homme qui a fait de Tivaouane l’épicentre de la confrérie Tidjane en Afrique et dans le monde entier.

Fils unique de Mame Ousmane Sy et de Sokhna Fawade Wellé, Seydi El Hadj Malck Sy (Rta) est né le 25 Février 1885 à Gaya dans l département de Dagana.Très tôt il fit ses études auprès de son homonyme Thierno Malick Sow, de son oncle paternel Seydi Amadou Sy et don oncle maternel, Alpha Mayoro Wellé. Dès l’age de 18 ans, Maodo (Grand Maitre) reçut la Tarikha Tidiane des mains de son oncle Alpha Mayoro, disciple de Cheikh Oumar Foutiyou Tall qui lui a transmis en même temps le Wird Tidiane. Sa recherche effrénée du savoir et de la science Coranique le mène dans différentes localités du pays comme le Djoloff, le Walo, et le Sine Saloum, où il séjourna pour approfondir ses connaissances.
En 1889, il entreprend un pèlerinage à la Mecque. A son retour, il s’installe à saint Louis où il vécut pendant quatre ans, avant de s’implanter à Ndiarndé (Louga) pour sept ans. Ce n’est qu’en 1902 que Maodo s’installe définitivement à Tivaouane. A l’opposé de ses prédécesseurs, Seydi El Hadj Malick, entreprit une démarche de rupture en menant une résistance pacifique avec les colons qui doutaient de sa bonne foi. La finalité était de réussir là où ses devanciers avaient échoué, c'est-à-dire implanter l’Islam et la Tarikha Tidiane au Sénégal sans pour autant passer par les armes ou par la Guerre Sainte. En effet, dès le début, les Blancs virent en lui un ennemi à l’instar des autres marabouts qui prenaient les armes pour combattre la colonisation. A l’arrivée Maodo finit par entrer dans les bonnes grâces des colons qui reconnurent en lui le plus grand guide religieux de sa génération. En atteste ce témoignage de Paul Marty qui présentait « Borom Tivaouane » comme « le marabout le plus instruit du Sénégal ». Fin pédagogue doublé d’un grand formateur, il entreprit une autre stratégie pour parvenir à ses fins : celle de mettre fin à l’ignorance pour apporter lumière et savoir dans tout le Sénégal. Dans un contexte où la société sénégalaise dépourvue de valeurs et de repères était marquée par le charlatanisme et le fétichisme avec le règne des « ceeddo », Seydi El Hadj Malick en fin sociologue parvint à formater la mentalité de l’homo senegalensis en lui inculquant des valeurs fondées sur la croyance en Dieu et en son Prophète Mouhammed (Psl). C’est ainsi qu’il a su former d’éminents guides religieux qu’il a installé un peu partout dans les différentes localités du Sénégal pour vulgariser son enseignement. Ces « Moukhadams » qui ont pour nom Elimane Sakho (Rufisque), Moctar Coumba Diop (Dakar), Serigne Alioune Guèye (Tivaouane), Amadou Lamine Diène (Dakar), Thierno Alioune Kandji (Diourbel), Amadou Cissé (Pire). Tels des ambassadeurs, ces derniers étaient chargés de propager l’Islam et d’implanter la Tarikha Tidiane partout au sénégal et dans la sous-région.
Ses deux Zawiya à Dakar et à Saint Louis deux endroits stratégiques du dispositif colonial, et plus tard à Tivaouane illustrent à merveille la détermination de Maodo à accomplir convenablement la mission qui était la sienne. Ses nombreux écrits sur la vie et l’œuvre du Prophète Mouhammed (Psl) ont contribué à faire connaître l’Islam et son Messager. Les plus célèbres d’entre eux : « Khilassou Zahab », « Miim Ya ». Le 27 juin 1922, date de sa disparition Seydi El Hadj Malick laissera à la postérité un legs incommensurable avec la commémoration de la naissance du Prophète Mouhammed (Psl), le Gamou qu’il fut le premier à instituer au Sénégal en 1902.


sbsSeydi Aboubacar Sy premier Khalife Général des Tidianes:Le « Diamant Noir »*

S’il y’a un homme au Sénégal qui a contribué pleinement au rayonnement de l’islam et de la Tarikha Tidjane, c’est incontestablement Serigne Babacar Sy. Celui qui fut le premier à porter le titre de «Khalife Général» au Sénégal aura littéralement marqué de son empreinte son magistère à la tête de la Tarikha Tidjane dont il est le «gardien du temple». Portrait du charismatique guide religieux au légendaire «Bonnet Carré»

Né à Saint-Louis en 1885 Seydi Aboubacar Sy était le deuxième fils de Seydi El Hadj Malick Sy et de Sokhna Rokhaya Ndiaye. Abreuvé à la source de son père Seydi El Hadj Malick Sy, l’homme au légendaire «bonnet carré» a su très tôt maîtrisé le Coran après que son père l’eut confié en compagnie de son frère aîné Serigne Ahmet Sy à Serigne Mame . Le 27 juin 1922 coïncidant avec la disparition de Seydi El Hadj Malick, il lui revenait en toute logique à l’âge de 37 ans d’assurer la succession de son vénéré père et de poursuivre son œuvre et celui de Cheikh Ahmed Tidiane Chérif
Malgré son jeune âge, les «mukhadams» reconnurent en lui le digne héritier de Maodo qui l’avait préparé à une telle charge. Son intronisation comme Khalife Générale des Tidjanes allait marquer le début d’une mission ô combien difficile mais c’était sans connaître la détermination et l’abnégation de Mbaye qui tel un capitaine a su mener le bateau à bon port. Avec sa personnalité et son charisme légendaires il s’attela à une réorganisation et à une restructuration de la confrérie. Dès son installation comme Khalife Générale des Tidianes titre qu’il fut le premier à porter au Sénégal, Serigne Babacar Sy s’est donné corps et âme pour se mettre au service de l’Islam et de la Tarikha Tidiane qu’il a dirigé de main de maître. C’est sous son magistère que les dahiras (cercles de fidèles) dont le premier s'appelait "Dahiratoul kirâm tidianiya", furent instaurés entre 1920 et 1923. La Zawya La Tidianya de Dakar porte également la marque de Cheikh Al khaifa qui l’a édifié pour honorer la mémoire de son vénéré père El Hadj Malick Sy. La ferveur et l’enthousiasme qui s’emparaient des foules qui venaient puiser à cette source de lumière, chaque année à l'occasion des Ziaras et des Gamou, témoignaient de la dimension de cet éminent guide spirituel. Le 25 mars 1957, Ababacar Sy meurt à son domicile de Tivaouane à 8 H 30 des suites d'une affection chronique à l'âge de 72 ans. Source inaltérable de lumière et de savoir Seydi Aboubacar Sy aura marqué son époque de son empreinte. Tous ses contemporains parmi eux Serigne Fallou Mbacké, Seydou Nourou Tall, Seydina Issa Laye lui reconnurent son sens élevé de la spiritualité son érudition sans nulle autre pareille et sa personnalité hors norme. Toute sa vie durant Serigne Babacar Sy s’est donné corps et âme pour imprimer à la Tarikha Tidiane la dimension qui fait d’elle l’une des plus grandes confréries du monde avec ses millions d’adeptes disséminés à travers le monde entier. Ses nombreuses qualités lui valurent de nombreuses hautes distinctions dont la cravate de Commandeur de Légion d'Honneur et celle de l'ordre du Bénin Aujourd’hui le souvenir de cette figure emblématique de l’histoire religieuse du Sénégal demeure vivace dans la mémoire de millions de talibés qui n’on pas vu Mbaye de son vivant.

* « Le Diamant Noir » est l’intitulé d’un recueil de poèmes de Abdoul Magib Sène (ancien journaliste au Soleil) dédié à Serigne Babacar Sy


mame_abdouEl Hadj Abdou Aziz SY (RTA): L’exemple achevé d’un Homme de Dieu.

Le Sénégal ne cessera jamais de le pleurer. Pour cause, El Hadj Abdou Aziz Sy Dabakh a marqué d’une pierre blanche son existence par ses qualités qui ne se comptaient pas sur les doigts d’une main et sa dimension spirituelle sans commune mesure. Portrait de celui que le Sénégal appelait « Dabakh ».

Né en 1904 El Hadj Abdou Aziz Sy était le quatrième fils de Seydi El Hadj Malick Sy (RTA) et de Sokhna Safiétou Niang Arame Mbonko. Dés son tendre enfance Dabakh fut confié à Serigne Hady Touré auprès de qui il apprend et maîtrise le Coran entre Fass Touré et Diacksao.
Eminent érudit doublé d’un fin lettré, El Hadj Abdou Aziz était la parfaite incarnation de la sagesse et du savoir. De son vivant, Dabakh constituait une référence non seulement pour tous les musulmans du pays, mais également pour toute la communauté religieuse sénégalaise dans toute sa diversité et sa complexité. Ayant grandi sous l’ombre de son illustre grand frère Serigne Babacar Sy dont il a été l’homme de confiance, Dabakh a toujours défendu avec énergie et dévouement les recommandations d’Allah et de son prophète Muhammad (Psl). Porté à la tête de la confrérie Tidiane le dimanche 31 mars 1957, Dabakh eut la lourde charge de conduire aux destinées de la Tarikha Tidiane suite aux disparitions successives de Seydi Aboubacar Sy et de Seydi Mouhammadou Mansour Sy (décédé trois jours après Serigne Babacar). Une épreuve terrible pour cet homme alors âgé de 53 ans qui se voyait ainsi confier les rennes de la plus grande confrérie d’Afrique. 40 ans de Khalifat durant lesquelles Serigne Abdou Aziz Sy a posé les bases de la dimension universelle de la Tarikha Tidiane qui compte près à ce jour près de centaines de millions d’adeptes disséminés dans les cinq continents.
Apôtre de la paix il a su prôner l’unité dans les différentes familles religieuses du Sénégal. Au-delà de la communauté musulmane, Dabakh incarnait à merveille dialogue islamo chrétien en atteste son amitié avec le défunt Cardinal Hyacinthe Thiandoum. Parallèlement, ses interventions allaient jusque dans l’espace politique où Dabakh usait de son influence pour jouer le rôle de catalyseur à l’occasion de certains évènements importants de la vie politique comme les élections présidentielles où lorsque l’intégrité du territoire était menacée. Ce qui ne l’empêchait pas d’être à équidistance des leaders politiques et de les rappeler à l’ordre à chaque fois que l’occasion se présentait. Sa remarquable disponibilité renseignait sur le sens élevé du patriotisme chez ce chef religieux dont l’amour incommensurable pour son pays était connu de tous. Hors de nos frontières, Dabakh a également tissé d’excellentes relations avec les autres communautés musulmanes comme l’Arabie Saoudite et le Maroc où on l’appelait affectueusement « Moulaye Abdel Aziz ». qui justifie sa grande amitié avec le défunt Roi du Maroc, Hassan II en compagnie duquel il a inauguré la Grande Mosquée de Dakar, le 27 mars 1964. Chantre de la paix et de l’union ce a toujours pris son bâton de pèlerin pour éteindre les foyers de tension au Sénégal et même hors de nos frontières. Son attachement viscéral à la paix et à la concorde se vérifiait à chacune de ses sorties à travers les médias où il profitait de l’occasion pour prêcher la bonne parole. Ses actes de bienfaisance et ses œuvres de charité illustraient à merveille sa générosité sans nulle autre pareille, en atteste la fondation qui porte actuellement son nom et qui perpétue Toutes ces vertus et qualités se retrouvaient en cet homme de Dieu qui était l’exemple du guide religieux achevé.
12 ans après cette disparition qui est toujours restée en travers la gorge des sénégalais, le peuple dans sa totalité continue toujours de pleurer l’Homme qui de son vivant mettait tout le monde d’accord sur sa dimension spirituelle à nulle autre pareille.

Auteur: Amadou Lamine MBAYE   

Posté par gamoudetivaouane à 14:39 - LA TIJANIYA - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire